Bilan de la pollution marine par les hydrocarbures

14 avril 2010 par murielle.oriol

Voici un bilan chiffré des sources et effets néfastes des polluants hydrocarbures :

peche

> Il y a un naufrage d’une unité de plus de 300 tonneaux tous les trois jours dans le monde ;

> Le Pas de Calais est la voie de navigation la plus fréquentée au monde (6 000 navires par jour) ;
> 14 000 navires «à risques» passent au large de la Bretagne chaque année soit 2 300 millions de tonnes d’hydrocarbures, 37 millions de tonnes de produits chimiques, 13 millions de tonnes de gaz ;
> Sur 745 millions de barils de brut consommés quotidiennement dans le monde, 42% sont acheminés par mer ;
> 6 millions de tonnes de produits pétroliers polluent chaque année les mers du monde ;
> 50 000 tonnes (soit 2,5%) proviennent des 120 naufrages annuels – 1,8 millions de tonnes (soit 30%) proviennent du déballastage et du dégazage. Le solde, environ 4 millions de tonnes (soit 67%) proviennent de la pollution terrestre ;
> Les 220 000 tonnes de pétrole brut de l’Amoco-Cadiz qui ont souillé 350 kilomètres de côtes bretonnes ont provoqué la mort d’oiseaux dont le poids correspond à 260 000 tonnes ;
> En Méditerranée on repère environ 600 000 tonnes par an de rejets d’hydrocarbure soit l’équivalent de 33 catastrophes semblables à l’Erika ;
> La teneur en hydrocarbure au large de Malte varie entre 10 et 40 microgrammes par litre ;
> La Méditerranée représente 1% de la surface des mers et 30% du transport maritime ;
> Le trafic maritime vers l’Europe représente 60% du trafic mondial ;
> La contamination de coquillages empoisonnés provoque 2,5 millions de cas d’hépatite chaque année dans le monde et la mort d’environ 25 000 personnes. L’ensemble des coûts liés à ces maladies issues de la contamination marine est estimé à 13 milliards d’Euro par an ;
> 60% de la population mondiale vit dans une bande côtière de 60 kilomètres ;
> En 1955 les pavillons de complaisances représentaient 9% de la flotte mondiale. En 2003, ils représentent 50% de la flotte mondiale et 75% du personnel maritime ;
> Les coûts d’enregistrement d’un navire sous pavillon de complaisance sont de 30 à 50 % inférieurs aux tarifs habituellement pratiqués ;
> Le coût salarial d’un navire de ligne régulière sous pavillon français est évalué à 1,7 millions d’Euro par an contre 0,6 millions d’Euro sous un pavillon de complaisance ;
> 79% des accidents de la mer proviennent d’erreurs humaines (erreur de l’équipage : 21% – erreur du pilote : 12% – erreur de l’officier-machine : 3% – erreur de l’officier de quart : 43%) ;
> Le transport maritime génère environ 25 fois plus de morts en moyenne annuelle pour 100 millions de passagers par kilomètre que le transport aérien ;
> Taux d’inspection des navires dans les ports français : 9% en 1999 – 13% en 2002 – 25% en janvier 2003 ;
> Entre 1992 et 2000, le coût du transport pétrolier a diminué de 15% en raison de l’économie sur la maintenance des bateaux et une sous-rémunération des équipages ;
> Entre 1992 et 2000, le trafic a augmenté de 50% (5,8 milliards de tonnes en 2000) ;
> Un pétrolier consomme entre 40 et 50 tonnes de fioul lourd par jour de navigation. 20% à 30% (soit environ 15 tonnes par jour) de ce fioul sera décanté sous forme de boue puis réchauffé avant d’être « dégazé », c’est-à-dire rejeté, en mer ;
> Seules 69% des villes de plus de 100 000 habitants du pourtour méditerranéen disposent de stations d’épuration ;
> Seulement 10% des villes de la planète disposent de stations d’épuration ;
> 250 millions de cas de maladie hydriques (maladie provoquée par l’eau) surviennent chaque année tuant 10 millions d’individus ;
> 97% de l’eau douce liquide de la planète est stockée dans les nappes phréatiques ;
> Il faut 1 400 ans pour renouveler l’eau d’une nappe phréatique polluée ;
> Au court du XXème siècle, la consommation en eau a été multipliée par sept et la population par quatre ;
> L’agriculture consomme 70% de l’eau douce contre 20% pour l’industrie et 10% pour usage domestique ;
> 15% des humains consomment 80% des réserves naturelles de notre planète.