Les cétacés à travers la mythologie

15 décembre 2009 par murielle.oriol

Antiquité : les dauphins considérés comme des divinités

Légende de Dionysos

mythologie1

Un jour, Dionysos, dieu de la vigne embarque à bord d’un navire pour se rendre sur l’île grecque de Naxos.
Comme cela était fréquent à l’époque, l’équipage était composé de pirates, qui décidèrent d’enlever le passager et de le vendre comme esclave. Quand Dionysos comprit leurs intentions, il se transforma en un lion furieux et immobilisa le bateau en le remplissant de lierre. Les marins épouvantés se jetèrent tous ensemble dans la mer divine, où ils se métamorphosèrent en animaux inoffensifs : des ” dauphins”.

Légende de Jonas

 

D’après la Bible, le premier animal désiré par Dieu est la baleine. L’épisode de Jonas, avalé puis recraché par une “baleine” a enflammé l’imagination de nombreux peintres.


La fable du “singe et du dauphin”, Jean de la Fontaine

 

mythologie_grande2

C’était chez les grecs un usage, Que sur la mer tous voyageurs
Menaient avec eux en voyage, Singes et chiens de bateleurs
Un navire en cet équipage, Non loin d’Athènes fit naufrage
Sans les dauphins tout eût péri, Cet animal est fort ami
De notre espèce en cette Histoire Pline le dit ; il le faut croire
Il sauva donc tout ce qu’il put, Même un singe en cette occurrence.

Naissance de la cétologie moderne : les baleines considérées comme des monstres marins

mythologie3

C’est Aristote qui, le premier affirma, dans son Histoire des animaux, que les cétacés étaient des mammifères et qu’ils avaient ainsi des poumons et que les mères allaitaient leurs petits. Au moyen-âge, du fait de leurs proportions démesurées, les baleines déconcertent navigateurs et naturalistes et apparaissent sous les traits de monstres dotés de dents pointues, de crêtes et de crocs. Si dans l’imaginaire collectif, le dauphin est un ami de bonne augure, la baleine, en revanche, est trop grosse, ce qui lui vaut d’être entrée dans le mythe, à mi-chemin du divin et du monstrueux.
 

Moyen-âge : début de la chasse à la baleine que l’on exploite notamment pour sa graisse, et l’on considère ainsi comme un produit commercial

mythologie4

A cette époque, l’homme ne considère plus les baleines comme des monstres mais bien comme une source de travail. Les baleines vont être tuées par milliers pour leur graisse jusqu’à ce que l’on se rende compte de leur fragilité et surtout du déclin réel des populations vers les années 1950 ! Aujourd’hui, seulement quelques pays (Norvège, Japon…) continuent à tuer les baleines (quotas de la CBI) sous couvert ” scientifique “. Les cétacés sont protégés par de nombreuses conventions internationales et tout le monde est conscient de la nécessité de protéger ces derniers grands ” Léviathans ” ! La vision purement commerciale de l’exploitation de ces animaux est enfin dépassée mais parvenir à une protection totale des cétacés semble encore long et difficile !

Conclusion

Nos ancêtres ne se sont pas laissés tromper par le corps pisciforme des dauphins car sans même connaître leur anatomie et leur physiologie, ils étaient persuadés qu’ils avaient des choses en commun avec eux ! Mais les légendes servent aussi à expliquer ce que l’homme ne parvient pas toujours à comprendre. Tantôt adorés, tantôt haïs, les cétacés ont captivé les hommes au fil de l’histoire. Une chose est sûre, on connaît encore très peu de choses sur leur mode de vie dans des habitats aussi vastes et mystérieux que représentent les océans. La place est encore grande pour laisser divaguer ” notre imagination “…