L’alimentation des cétacés

15 juin 2011 par murielle.oriol

L’alimentation chez les odontocètes

alimentation_grande1

Les odontocètes se nourrissent d’une grande diversité de proies (poissons, calmars, mollusques, crustacés benthiques, écrevisses, reptiles, oiseaux et mammifères).
Selon leur préférence, on peut distinguer les ichtyophages, qui mangent principalement des poissons tels les dauphins bleu et blanc et les grands dauphins en Méditerranée, les teutophages, qui se nourrissent de céphalopodes tels les dauphins de Risso et les cachalots, et les sarcophages comme les orques (« mangeurs de chair ») qui, en plus des poissons, chassent des reptiles, des oiseaux et même d’autres espèces de cétacés ! Toutefois, c’est avant tout la disponibilité de nourriture qui conditionne les habitudes alimentaires des cétacés. Il faut savoir que la denture des odontocètes ne se prête pas à la mastication, mais à la capture et à l’immobilisation des proies. La forme des dents et leur nombre conditionnent les spécialisations alimentaires. Les odontocètes se servent de leur sixième sens «l’écholocation» pour localiser leurs proies.

L’alimentation chez les mysticètes

alimentation_grande2

Grâce à leurs fanons, les mysticètes filtrent leur nourriture. Les baleines ont la faculté d’extraire de l’eau de mer les petites particules de nourriture comme le krill. Lorsque la baleine ouvre la gueule, elle avale des grandes quantités d’eau, plancton et crevettes y sont aspirés en même temps. Puis, elle ferme un peu sa bouche, essuie les fanons (lames cornées) avec sa langue et retire les particules de nourriture qui seront alors avalées. Chaque fois qu’il ouvre la gueule, un Rorqual bleu de 150 tonnes peut ingurgiter 50 tonnes d’eau et de nourriture mélangées.

En Méditerranée notre Rorqual commun fréquente assidûment le Sanctuaire Pelagos entre mai et octobre où il trouve, en abondance, des petites crevettes du nom de Meganictyphanes norvegica, sa nourriture préférée. Un Rorqual bleu peut ingurgiter jusqu’à 4 tonnes de crevettes par jour.

Chez les mysticètes, il existe trois types de stratégies de prise alimentaire :

> On a les «engouffreuses», capable d’engouffrer d’énormes quantités d’eau et de proies en remontant vers la surface pour ensuite rejeter l’eau. Les sillons jugulaires au niveau de la gorge permettent à la gueule de se dilater pour engouffrer cette masse d’eau.

> On a les «écrémeuses» comme la Baleine franche du Groenland qui se déplace en surface, gueule ouverte afin de collecter l’eau de surface guidée dans la cavité buccale par les lèvres inférieures. Les fanons filtrent ensuite le krill.

> On a les «fouisseuses» comme la Baleine grise qui a un régime alimentaire composée de proies benthiques (mollusques, crustacés…). Elle aspire ses proies par un côté de sa bouche et rejette l’eau et la boue de l’autre côté. La plupart des baleines grises sont droitières, car elles se tournent sur le flanc droit pour récolter leur nourriture.

Conclusion

alimentation_grande3

On s’aperçoit à quel point la morphologie de la tête des cétacés, leurs dents conditionnent leur nourriture. On est toujours surpris lorsque l’on s’aperçoit que l’animal le plus gros de la planète, le Rorqual bleu se nourrit de toutes petites crevettes.
Les cétacés doivent être préservées des menaces humaines mais également leur nourriture qui se trouve à la base de la chaîne alimentaire. Rappelons que SOS Grand Bleu se bat pour la protection des cétacés mais aussi de leur nourriture et de leur habitat.