Découverte de fossiles de baleine et de phoque

12 janvier 2010 par murielle.oriol
Mots clefs :

Fossiles de l’ancêtre de la baleine

fossile2

Deux fossiles, une femelle gestante et un mâle, ont été exhumés au Pakistan. Maiacetus inuus, c’est son nom, mesurait environ 2,60 m et pesait entre 280 et 390 kg.
Une découverte qui fait en partie la lumière sur l’évolution des cétacés actuels.
Il y a 47 millions d’années, un lointain ancêtre de ce que nous appelons aujourd’hui « baleine » s’apprêtait à donner naissance à son petit, sur la terre ferme. C’est le fossile de cette créature, morte avant d’avoir pu donner la vie qu’a découvert le paléontologue Philip Gingerich avec son équipe, de l’université du Michigan.

Une mise-bas terrestre

fossile3

L’équipe de paléontologues a découvert l’animal gestant au Pakistan en 2000. Quatre ans plus tard, ce sont les restes d’un mâle adulte presque complet qu’ils ont découvert dans le même gisement fossilifère. Cette découverte est la première du genre, ayant permis de mettre au jour les restes fossilisés d’une femelle gestante de Maiacetus inuus, un cétacé primitif qui peuplait les océans il y a plusieurs millions d’années. C’est la position du foetus à l’intérieur de sa mère qui a permis aux scientifiques de conclure à la mise-bas terrestre de l’ancêtre de nos baleines : celui-ci était en effet positionné tête en bas, comme tous les foetus de mammifères terrestres, à la différence des cétacés actuels dont les petits naissent queue la première. Les deux adultes de cette espèce, se reposaient, s’accouplaient et mettaient donc bas à terre, selon les scientifiques.

Puijila darwini», le fossile de phoque à 4 pattes

fossile4

Des scientifiques américano-canadiens déclarent la découverte, dans l’Arctique canadien, d’un fossile d’une sorte de phoque à quatre pattes. Baptisé Puijila darwini, association d’un mot signifiant « jeune mammifère marin » en inuktitut, la langue des Inuits, et du nom du père de la théorie de l’évolution, Charles Darwin. L’animal est doté de pattes palmées, d’un crâne proche de celui d’un phoque et d’un corps semblable à celui d’une loutre. Doit-il être considéré comme « le chaînon manquant dans l’évolution de certains mammifères terrestres en carnivores marins » ? Tous les paléontologues ne sont pas d’accord avec cette théorie.

Les scientifiques ont extrait 65 % du squelette de cet animal. Long de 110 centimètres du museau à la queue, le fossile a été retrouvé à l’emplacement d’un ancien lac formé dans un cratère de météorite sur l’île Devon, dans le territoire canadien du Nunavut, à environ 1 500 kilomètres du Pôle Nord. La conservation a été favorisée par les sédiments de cet ancien lac d’eau douce.
Vieux de quelque 20 à 24 millions d’années, il s’agirait du plus ancien fossile de l’ordre des pinnipèdes regroupant les phoques, otaries et morses, selon l’équipe qui en a fait la découverte à l’été 2007. Cette découverte «change notre connaissance de comment et où l’évolution de cet animal a eu lieu», a déclaré Natalia Rybczynski, paléontologue au Musée canadien de la nature.