Lâcher de daurades royales

12 mars 2010 par murielle.oriol
Mots clefs :

Samedi 2 août 2008 – Saint-Jean-Cap-Ferrat
Le samedi 2 août 2008, en partenariat avec la municipalité de Saint-Jean-Cap-Ferrat, nous avons réalisé pour la huitième année consécutive, une opération de lâcher de poissons en mer.


Il est urgent de préserver les ressources halieutiques   Retour aux sources des jeunes daurades

Plusieurs milliers de jeunes daurades sélectionnées pour leur vigueur et leur potentiel reproducteur par la ferme aquacole de Cannes sont parties vivre en liberté. Elles ont été remises à l’eau par Ernest Bergianti, sous les yeux de René Vestri, Président de SOS Grand Bleu et initiateur de cette opération forte en symboles.

De nombreux militants, défenseurs de la mer avaient embarqué sur le « Santo-Sospir » afin de participer à cette action. Ce retour à la vie sauvage de plusieurs milliers de jeunes poissons, a été effectué dans une zone protégée : la réserve marine de Saint-Jean-Beaulieu, au sein-même de l’anse de Rompa Talon.

Pêche excessive à la morue, au thon rouge, à l’anchois

A l’issue de ce lâchage, le Président, Monsieur René Vestri faisait observer : « Nous sommes en train de vider nos mers et nos océans de plusieurs centaines d’espèces de poissons. A l’image des pêches excessives à la morue, au thon rouge et à l’anchois. Réglementer et interdire certaines pêches aujourd’hui c’est préserver l’avenir d’un métier, la pêche, mais c’est aussi une question de survie pour notre planète. Remettre de jeunes poissons à la mer pour qu’ils se reproduisent est un geste symbolique, devant ces enfants qui doivent prendre conscience que les réserves ne sont pas inépuisables, et que le temps de la Mer nourricière ad vitam-aeternam pour les hommes c’est fini !

Daurade royale – Sparus aurata

lacher_grande3

Biotope

La dorade royale se rencontre souvent, solitaire ou en petit groupe, à faible profondeur dans la zone des brisants, ainsi que sur les herbiers de posidonies et les fonds sableux. Elle fréquente aussi les zones saumâtres (estuaires des fleuves, lagunes). Les juvéniles ne dépassent pas 30 m de profondeur, alors que les adultes peuvent descendre jusqu’à 150 m.

Description

La dorade royale est un poisson aux flancs gris argenté dont la taille courante varie de 20 à 50 cm (70 cm maximum). Le corps est ovale, comprimé latéralement et assez élevé, la tête est bombée. La bouche est basse avec des lèvres épaisses. Elle présente à l’avant de chaque mâchoire 4 à 6 canines massives, puis 2 à 4 rangées de molaires. On peut observer entre les deux yeux un bandeau frontal doré bordé de noir, ainsi qu’une grande tache sombre et allongée sur le haut de l’opercule, au début de la ligne latérale*. L’extrémité de la nageoire caudale est bordée de noir. Une ligne noire peut aussi être observée sur sa longue nageoire dorsale. De nuit, les juvéniles observés présentent une livrée avec des rayures verticales.