Alice : Chanson pour la défense de la mer

1 juillet 2010 par murielle.oriol

L’Assemblée générale de l’association SOS Grand Bleu se déroulera le vendredi 20 février 2004. A cette occasion, Alice se « Graine de star » nous interprètera sa chanson « O pauvre mer ».

alice1
« Bonjour je m’appelle Alice et j’ai 12 ans. Je vous écris, car je suis très sensible à tout ce qui touche à la mer et aux dégâts de l’homme à cause de la pollution. Je suis encore jeune et le seul moyen que j’ai, c’est ma voix. Alors j’ai demandé à un auteur-compositeur de créer une chanson sur ce sujet, et je me permets de vous la faire écouter. J’ai une passion : c’est la nature, la mer et les animaux en particulier. Actuellement, de nombreuses espèces animales comme la baleine sont en train de disparaître : pourquoi ? Elle est inoffensive et pourtant même les pêcheurs se plaignent qu’elle mange trop de plancton. Donc on la tue, pour l’argent aussi, et l’espèce disparaît peu à peu. Les dauphins aussi sont victimes de l’homme et ils meurent souvent à cause des filets dérivants. L’autre jour, j’ai vu aux informations qu’on laissait encore voyager des bateaux poubelles ou trop vieux qui, un jour, finiront par couler et par déverser leur pétrole dans les océans. Ce qui pollue énormément mais, de chez nous, on ne s’en rend pas compte. Quand on pollue un morceau de la Terre, on salit la Terre tout entière, car les pollutions ne connaissent pas de frontières. Les marées noires font beaucoup de dégâts : elles donnent la mort aux poissons, aux oiseaux et aux mammifères marins, et en plus, cela salit les plages qu’il faut sans cesse nettoyer. Heureusement qu’il existe des associations qui luttent pour la défense des mers et des océans : il faut les soutenir. Moi, petite fille de 12 ans, cela me désole à chaque fois que j’y pense et le seul moyen que j’ai pour lutter contre la bêtise des gens, c’est ma voix.

Alice chante Ô pauvre mer

Paroles

Que doit-on faire ? Ô pauvre mer
A ceux qui souillent et salissent tes eaux
Leur faire la guerre, ma pauvre mer
Pour que jamais ne coulent ces bateaux

Ne pas se taire, Ô pauvre mer
Les dénoncer et le crier bien haut
Monstres de fer, ma pauvre mer
Sont les empoisonneurs, de nos guillemots

Pour cet outrage, les mettre en cage
Les tueurs de nos oiseaux
Pour nos rivages et pour nos plages
Les responsables méritent le cachot

Rêve éphémère, Ô pauvre mer
Plus rien ne doit venir salir tes eaux
Prions le Père, Prions ! ma mer
Sinon tu ne feras pas de vieux os

On n’veut plus voir de marées noires
D’«Erika» d’«Amoco»
Mais cet espoir est illusoire
Puisque, aujourd’hui continue le cahot

Les poissons meurent, la faune a peur
Quand passent ces bateaux
Les mareyeurs et les pêcheurs n’en peuvent plus
Car ils ont le cœur gros

Que doit-on faire ? Ô pauvre mer
A ceux qui souillent et salissent tes eaux
Ne pas se taire, ma pauvre mer
Les dénoncer et le crier bien haut

On n’veut plus voir de marées noires
D’’Erika d’’Amoco »’
Sauvons nos plages, nos beaux rivages
Et toute vie
Qui sillonne tes eaux, Qui sillonne tes eaux

Interprétée par Alice, musique de Pascal Pintaud, texte de Jean-Yves Couton