La delphinothérapie et ses dangers

24 février 2010 par admin

delphino_grande4
On appelle « delphinothérapie » ou « Dolphin Human Therapy », cette nouvelle activité qui consiste à mettre en contact des dauphins et des êtres humains dans une finalité « thérapeutique ». Elle s’applique principalement aux personnes mentalement handicapées, autistes ou dépressives.

Cette activité est pratiquée dans de nombreux pays (Polynésie française, Floride, Israël, Mexique…) et divers programmes sont réalisés pour attirer un public de plus en plus large. Des entreprises profitent de ce courant de mode (attraction des humains pour les dauphins) et du désarroi de certains parents à bout de ressources, pour s’enrichir sans scrupules. Le Dolphin Reef d’Eilat, en Israël accueille de nombreux adultes et enfants malades. Les dauphins vivent en semi-captivité, mais sont dépendants des gérants qui leur apporte une nourriture quotidienne. Ils sont complètement conditionnés à ne plus pouvoir se débrouiller seuls lorsqu’ils quittent ce faux espace de liberté. Le dauphin est un mammifère marin protégé que l’on doit préserver des dérives de notre société de consommation de masse. Il ne doit pas être condamné à apparaître comme un guérisseur ou un numéro de cirque. Les organismes qui développent des programmes de « delphinothérapie » ou « nages avec les dauphins » ne soulèvent pas les dangers induits par des contacts répétés, forcés avec les dauphins qui, ne l’oublions pas, sont des animaux sauvages ! Les contacts avec les hommes sont épuisants pour les dauphins, qui ne peuvent pas s’enfuire et peuvent parfois se montrer agressifs et dangereux pour les personnes à proximité. D’autre part, aucun de ces organismes ne fait allusion aux maladies qui peuvent se transmettre dans les deux sens, de plus aucun visiteur n’est soumis à un examen médical préalable. Les parents d’enfants malades doivent impérativement se méfier des organismes peu scrupuleux qui vantent des résultats extraordinaires avec les dauphins et exploitent enfant et animal pour leur bénéfice personnel.

SOS Grand Bleu ne peut que condamner ces dérives commerciales d’autant plus dangereuses qu’elles amènent à considérer le dauphin comme un simple instrument, une sorte de « médicament ». D’autant plus, qu’aucune faculté dans le monde ne reconnaît cette thérapie, mais la condamne, aucune guérison n’ayant été prouvé scientifiquement jusqu’à ce jour.

dauphins_solitaires3_grande